Robert Litzler

Laissez vos commentaires

NOTE : Le site du Regroupement francophone Planèt’ERE étant actuellement en reconstruction, nous utilisons celui du 6ème Forum Planèt’ERE pour rendre hommage à Monsieur Robert Litzler.

À l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, le 23 juin 2019, est décédé, après une courte maladie, l’éducateur à l’environnement de renommée internationale, Robert Litzler. Très actif jusqu’au début du mois de juin malgré ses 86 ans, son départ a pris bien des gens par surprise.

Animé d’une grande passion pour la pédagogie, Robert Litzler s’est investi dans la cause environnementale pendant plusieurs décennies. C’est au Collège de Rosemont ou il enseignait la chimie que son engagement a pris racine notamment via l’Association québécoise pour la promotion de l’éducation relative à l’environnement (AQPERE), un organisme qu’il a présidé pendant 25 ans et qui était hébergé par cette institution. Son implication dans l’éducation à l’environnement l’a mené à contribuer à la mise en place et surtout au maintien de l’OISBL Planèt’ERE qui a réalisé six forums sur l’ERE dans l’espace francophone. Le dernier, organisé par le Centre’ERE (UQAM), s’est tenu au Québec en 2017. Robert Litzler s’est impliqué dans des centaines d’évènements éducatifs et environnementaux. Il se faisait un devoir de répondre aux demandes qu’on lui adressait, quand ce n’était pas lui qui initiait les projets. Il laisse dans le deuil autant d’amis, de partenaires, d’étudiants, d’enseignants, d’universitaires, de collaborateurs, de militants que de gens qu’il a inspiré. Il lègue un héritage extrêmement riche d’expériences pédagogiques, de communications sur l’environnement et particulièrement de collaborations inter-francophones dépassant largement les frontières québécoises. On en retrouve ailleurs au Canada, en France, en Belgique, au Maroc, au Mali, au Bénin, en Mauritanie, en Haïti, au Cameroun, au Burkina Faso, etc.

Son départ, d’abord vécu dans la plus stricte intimité par sa famille, sera souligné au mois d’août par les organisations dans lesquelles il était impliqué : le Centre’ERE (UQAM), le Regroupement francophone Planèt’ERE, l’AQPERE et le Collège de Rosemont. Vous pouvez témoigner de votre sympathie ici.

3 réponses
  1. Catherine Dumouchel
    Catherine Dumouchel dit :

    Il est difficile d’imaginer l’ERE au Québec sans Robert mais sa passion et son dynamisme vont continuer de nous inspirer. Pour cela, nous serons toujours reconnaissant(e)s.

    Répondre
  2. Gernigon
    Gernigon dit :

    J’apprends seulement ce soir le décès de Robert…Un message a dû m’échapper….J’ai participé au Planet’ere 2 puis à celui du Canada et celui de Marrakech. Robert m’a toujours impressionné par sa disponibilité (il était venu en personne nous accueillir à l’aéroport à Québec) et son dynamisme… Il était très confiant et convaincu pour l’Education à l’Environnement et a beaucoup encouragé les algériens…Merci Robert pour ton dynamisme, ton sourire, ton combat! Il nous reste à poursuivre….

    Répondre
  3. Gruslin Marina
    Gruslin Marina dit :

    Je fais partie , en Belgique francophone des éducatrices à l’environnement qui t’ont côtoyé et qui a appris de tes engagements et de nos expériences communes lors des rencontres internationales d’Ere et EDD. Depuis le Burkina Faso et ensuite avec les rencontres planet’Ere. En plus de ta grande compétence, tu étais une personne charmante , que j’étais toujours heureuse de croiser lors de mes quelques séjours à Montréal. Tu suis de peu notre Pionnier Belge, Jean-Michel Lex, lui aussi récemment disparu alors qu’il se rendait en train à une manifestation Climat. Tu étais de tous ces combats, si indispensables et essentiels, dont notre terre a tant besoin. Un  » éveilleur » si convivial et si énergique! tu vas nous manquer Robert. Je présente toutes mes condoléances à ta famille et aux groupes associations où tu étais encore actif.J’espère comme toi sans doute que la jeune génération que tu as éveillée et positivement entrainée vers l’action arrivera à un mieux pour nos environnements. Au revoir mon ami.
    Marina Gruslin, didacticienne des sciences en formation d’enseignants, coordinatrice de cerise jusqu’en 2013 et membre de EFDD ( les cahiers du développement durable)

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *